• Richard Chamberland

Pourquoi est-ce que j'écrirais dans le journal étudiant ?

Dernière mise à jour : 19 févr. 2020


Aaaah la session d'hiver... dur retour à la réalité qui succède les fêtes, souvent remplies de bacchanales gastronomiques et de rentables quarts de jobs étudiantes. On veut pas trop, mais on est prêt car on a survécu à la session d'automne vaillamment. En vrai, ça roule en cr*ss cette session-là, oui monsieur. Qu'on soit en première, deuxième, troisième année du Pharm.D. (je sais pas pour la 4e), on se fait rapidement inonder par un flot stressant d'études de cas et de cours magistraux consistants et volumineux. Forcément, on finit tous par s'y plonger, tête première, en ayant plus ou moins pris son souffle au préalable. Puis on attend une quelconque fin avant de comprendre que la session d'été n'est pas « juste deux mois », mais plutôt « quatre mois en deux ».


Le plus grand danger, c'est de s'oublier. Le plus risqué, c'est de se noyer dans l'anxiété ou, au contraire, la procrastination. Dans les deux cas, il est facile d'oublier qu'est-ce qui nous fait garder la tête en dehors de l'eau. Moi, je procrastine. Quand je procrastine, je fais rien. Je clavarde sur Facebook (on s'entend, je regarde plus des memes), je cuisine, je fais du ménage, je tourne en rond, je jase à du monde qui prennent un break... Je glande quoi ! Mais je ne fais rien dont j'ai réellement envie. Une chance, j'ai mon band (The Sloe Gin Fizz, checkez nous on est su'a coche) qui organise ces moment où je me défoule, où je m'exprime, où je vis ma passion. Après, j'ai envie de me dévouer à l'étude et à mon avenir. C'est ça, entre autres, la vie que j'ai en dehors de pharmacie. Je ne suis pas moins futur pharmacien pour autant.


Je suis aussi un nerd. Un geek de plein d'affaires. J'ai une passion pour les collections d'objets weirds, la science comme sujet, les sous-cultures, les nouvelles...


On m'a donc donné le mandat d'être rédacteur en chef de l'Impharmation. Une tâche qui était auparavant reléguée à une seule personne. Bonne bine que je suis, je vous jure que je serais incapable d'être le seul responsable du journal étudiant. C'est pourquoi je me suis allié avec quelques gens fantastiques que j'ai spotté comme ayant le potentiel de partager mes idées excentriques, mais aussi de m'aider à faire vivre un journal étudiant.


Premièrement, j'ai trouvé Antoine Asselin. En classe, il est très discret, toujours sympathique, toujours d'accord et il place rarement un mot plus haut que l'autre. En première année, je lui ai demandé « c'est quoi ta passion, ou tes hobbies ». Il ne savait pas trop quoi répondre. « T'as rien que tu fais en dehors d'l'école qui t'fait tripper ? ». « J'aime bien l'histoire » qu'il m'a dit. L'histoire... qui dans ses temps libres s'informe sur l'histoire ?! Peu importe, ça adonne qu'il est aussi passionné de pharmacie: voilà qu'il me pond de fascinants articles sur l'hémophilie dans la monarchie russe, ou sur les soins morbides d'une reine avec un cancer du sein.


Ensuite, me tombe dessus Rockya. Celle-là (et sa collègue Christina) a un petit kick pour les écrivains russes. La littérature toer. Elle nous parle d'un écrivain médecin et morphinomane dont le sujet nous rejoint dans la thématique du patient/soignant. Mademoiselle Toma, elle nous a fait visiter le musée de la Civilisation ! Finalement, il tomba du ciel une élue de sa cohorte, Marie-Ève. 'Me semble qu'il n'y avait pas d'élection intra-cohorte pour participer à l'Impharmation. Elle, une de ses passions (sans blague, vaut mieux lui demander ce qu'elle aime pas, ça va être plus court), c'est l'écriture. Tiens donc... Et comment oublier le millésime William Laverdière, dont les articles sont à la frontières des pratiques en pharmacie!


Okay, ma gang est composée de gros canons. On est hot. Les nerds les plus LIT du Pharm.D.... Mais j'écris pas pour flasher mon squad.


C'pour te dire, te dire à TOI (lire TOUER, avec un élan de gorgotton), que tu peux contribuer aussi. Pas besoin de faire partie de l'élite ! Et Dieu sait que nous, les rédacteurs, sommes bien loin de l'élite. On est tous sur le même bateau. Nous aussi on cherche à équilibrer nos vies du mieux qu'on peut. On est là pour que toi aussi tu puisse t'exprimer. Comme ça le journal se fait tout seul et nous, on se tourne les pouces. héhé... 


Ma grosse intro longue et plate, c'est justement pour dire qu'on sait, nous, à l'Impharmation, que vous avez, tous et toutes, chacun et chacune, UNE VIE en dehors du doctorat en pharmacie. Et on veut le savoir. On veut vos petites histoires, vos petites lubies, votre vécu, vos passions, vos curiosités. On veut que vous les infusiez dans la vie étudiante du Pharm.D. On veut récolter votre capital émotionnel et expérientiel. Ch**st j'demande pas la lune! Ni une dissertation! Une page, ou une demi-page! juste une feuille 8"/11" le gros. Tu commences, t'écris, ça se remplis, et j'te gage un 5 que tu la dépasse.


Je regardais des vieilles éditions de l'Impharmation. 1986, 2002.... Il y avait de tout !

  • des niaiseries

  • d'autres niaiseries

  • des songes

  • des présentations des comités

  • des annonces de party

  • des cues pour les prochaines cohortes

  • des recettes poches

  • et cete-fucking-ra.

On peut facilement voir dans la liste que ce n'est même pas nécessairement en rapport sur la pharmacie. Si c'est ton dada, lâche ton cru ! Si ça l'est moins, relis les possibilités que tu as plus haut. T'as l'embarras du choix.


Toi, le gars en première année qui m'a dit qui écrivait des nouvelles dans ses temps libres, j't'oublie pas. Toi, qui a renoncé à une carrière dans un autre domaine pour recommencer en pharmacie, tout ce que tu as fait dans le passé m'intrigue. Toi, la fatigante qui fait toujours des jeux de mots poches qui font grincer des dents (ok, je l'avoue c'est moi ça). On les veut ces blagues là. Toi, le végétalien qui mange des trucs vraiment étranges, j'ai besoin d'une recette parce que j'reçois des végétaliens à souper en fin de semaine et j'ai peur de me tromper entre ce qui est « légal » ou non dans ce mode d'alimentation.


On veut tout ça, et plus encore.


T'sais, on a Facebook maintenant pis ça change tout. Pas besoin de vous montrer c'est qui ou c'est quoi l'AGEP. Pas besoin de vous parler de c'est quoi le CIÉPUL (quoique ça ferait pas de mal non plus). Pas besoin de vous annoncer quelque party que ce soit, ou les conférences, ou les évènements. On a les réseaux sociaux pour ça.


On veut créer une toute autre médium pour l'Impharmation.


Nous autres, on veut offrir du manger pour le cerveau tsé. Des collations, un apéro, une entrée, un plat principal, des à-côtés, du vin à profusion, un dessert, un plateau de fromage, un digestif, pis un cigare (Badass de même). On est pas là pour se casser la tête, on ne demande pas ça. On le fait déjà assez dans nos études. C'qu'on demande, c'est que si tu écris quelque chose, ça ne te demande aucun (ou presque pas) d'efforts. Faut que ça sorte tout seul comme la diarrhée avec du clavulin. Tu veux contribuer et t'as pas d'idées ? Nous on en a plein. On peut t'en donner à la pelletée et à la minute où tu as une illumination (oui oui, comme le Buddha) donne-toi-en à cœur joie.


L'impharmation, ça doit être le brainfart que tu respires pour avoir un sursis de ce marathon que sont nos sessions. ... ok c'est peut-être pas la meilleure image...


Hey c'est tu pas fantastique le blog de Wix. À mesure que j'écris, je vois le temps que ça prend à lire mon article. Si tu envoies une poignée d'articles, on te laissera écrire à même le site. Bon je voulais pas prendre plus que 5 minutes de votre temps. Ceux qui m'connaissent savent qu'on a 'ien'qu'à m'starter sur un sujet pis blablabla... J'va en garder pour un prochain article!


ChowBye les clowns.

- Rich


P.S. Si tu publies un article cette session, tu cours la chance de gagner un abonnement à Québec Sciences.

47 vues0 commentaire